www.patrimoines-lourdes-gavarnie.fr
Patrimoine oral du Pays des Vallées des Gaves
 

Les légendes

                                                                             Les Légendes

Pour occuper les longues soirées d’hiver en Lavedan, les locaux se racontaient  devant le feu de l’âtre, nombre d’histoires et de  légendes. Leurs origines avaient souvent pour base, l’Ancien Testament, les sorcières et le diable ou les faits d'armes du Grand Empereur Charlemagne, de son neveu Roland et des quatre frères Aymon, avec leur cheval-fée Baïar (ou Baïart).  Ces histoires légendées étaient transmises  de château en château par les trouvères et les troubadours. Puis, reprises par le peuple qui en transforma certaines en spectacle théâtral. Très superstitieux et aptes à croire au merveilleux, les Lavedanais les prenaient parfois pour des histoires vraies. Plusieurs ouvrages regroupant ces  légendes, qui avaient généralement plusieurs variantes, ont été édités au cours des siècles.

Lire la suite...

Orphéons, pastourelles et chorales

cd cd2 cd4 La Lyre bigourdane


À la fin du règne de Louis XV et au début de celui de Louis XVI, les pastourelles habitées de bergers larmoyants  et bergères lascives étaient à la mode C’était l’époque de Fabre d’Eglantine (1713-1795)  avec Il pleut, il pleut bergère, rentre tes blancs moutons et de Marie-Antoinette avec  sa bergerie de Versailles. C’était l’époque de P. Jéliote (1715-1795) qui chantait en béarnais  à la cour de Louis XV, les poèmes mis en musique  de son compatriote Cyprien Despourins.  Ces poèmes où la montagne pyrénéenne  et ses habitants sont magnifiés ont survécu aux siècles, pour être repris par des compositeurs interprètes de génie comme Alfred Roland (1797-1874), Pascal Abadie et Edmond Duplan. 

Lire la suite...

Patrimoine linguistique

9070 300936726678962 2041836027 n camelat bigourdan 001 Camelat
a) Le bigourdan -b) Les sobriquets et dictons -c) Les gravures sur les pierres des bergers- d) origine des noms de famille


Nous sommes en pays gascon. Le dialecte bigourdan est l’une des sept grandes variétés de la langue gasconne. Et comme le proclame si fièrement le Pay-Chèt, héros du roman de Robert Arnaut, Les corneilles blanches.
« C’est une belle et vieille langue, plus riche que la leur (celle des gouvernants). Elle contient toute l’histoire de nos montagnes, tout le bonheur et le malheur de ceux qui ont vécu ici, avant nous. »

Lire la suite...